Overblog Segui questo blog
Edit post Administration Create my blog

Pentecôte:  recevoir la Gloire

Entre deux temps : l’Ascension (Actes 1, 6-11)

Par Simon Lessard, o.p.

 

Les apôtres sont réunis en cercle autour de Jésus. Dernière rencontre avant le grand départ, une seconde dernière scène en quelque sorte. Questions et désirs sont exprimés « Seigneur, est-ce maintenant, le temps où tu vas restaurer la royauté en Israël ? » Aspirations bien terrestres que révèlent ces dernières paroles adressées au Seigneur. Mais Jésus ne les réprimande pas. Il leur répond seulement d’attendre avec confiance. « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et moments que le Père a fixés. » Il sait que bientôt leurs yeux s’ouvriront. « Vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui descendra sur vous ».

Puis sous leur regard, Jésus s’élève, il monte et monte, jusqu’à disparaître totalement dans la nuée qui le dérobe à leurs yeux. Pour un temps les apôtres restent les yeux fixés au ciel, ne comprenant pas très bien ce qui vient d’arriver, ni ce qu’ils doivent faire. Temps de transition, temps de suspension, temps hors du temps. Tout se fixe pour un instant comme la balle tirée en l’air qui s’arrête un instant au sommet de sa course avant de changer de direction et de redescendre. Et voilà qu’une voix les réveille : « Pourquoi restez-vous ainsi à regarder le ciel ? »

Dès lors, ils abaissent leur regard. Leurs yeux ne savent plus où se fixer. Cela fait trois ans qu’ils sont habitués à toujours suivre Jésus des yeux. Mais voilà que Jésus étant absent, ils doivent fixer autre chose. Que voient-ils ? Soudain… prise de conscience. Réunis en cercle, ils se voient les uns les autres ! Cela fait si longtemps qu’ils étaient ensemble et ils s’étaient si peu regardés, si peu occupés les uns des autres. Puis leur revient les enseignements du maitre : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé. » « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que l’on vous reconnaitra que vous êtes mes disciples. »

L’absence de la Tête permet de mieux voir la présence de son Corps. Désormais, ils aimeront Jésus en aimant leurs frères. Désormais, ils transmettront ce qu’ils ont eux-mêmes reçu. C’est la fin d’un temps et le début d’un autre. Temps pivot entre deux temps. Fin du temps de Jésus et début du temps de l’Église. « Vous serez mes témoins… jusqu’aux extrémités de la terre. »

http://www.spiritualite2000.com/2013/05/entre-deux-temps-lascension-actes-1-6-11/

 

« Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée »

Homélie de saint Grégoire de Nysse sur le Cantique des cantiques

Si l’amour chasse parfaitement la crainte et si la crainte se transforme en amour, alors on découvre que l’unité consiste en cet aboutissement du salut : tous sont unis entre eux par l’adhésion à l’unique bien, au moyen de cette perfection que la colombe représente.

Car c’est le sens que nous tirons des paroles qui suivent dans le Cantique des cantiques, et que prononce le Bien-Aimé : Unique est ma colombe, unique ma parfaite ; elle est la fille unique de sa mère, la préférée de celle qui l’enfanta.

Mais le sens de ces paroles nous apparaît plus clairement dans le discours du Seigneur rapporté par l’Évangile. Par sa bénédiction, il a donné toute puissance à ses disciples ; puis, en priant son Père, il accorde les autres biens à ceux qui en sont dignes. Et il ajoute le principal de tous les biens : que les disciples ne soient plus divisés par la diversité de leurs préférences dans leur jugement sur le bien, mais qu’ils soient tous un par leur union au seul et unique bien. Ainsi, par l’unité du Saint-Esprit, comme dit l’Apôtre, étant attachés par le lien de la paix, ils deviennent tous un seul corps et un seul esprit, par l’unique espérance à laquelle ils ont été appelés.

Mais nous ferons mieux de citer littéralement les divines paroles de l’Évangile : Que tous, dit Jésus, soient un, comme toi, mon Père, tu es en moi, et moi en toi ; qu’eux-mêmes soient un en nous.

Or, le lien de cette unité, c’est la gloire. Que le Saint-Esprit soit appelé gloire, aucun de ceux qui examinent la question ne saurait y contredire, s’il considère ces paroles du Seigneur : La gloire que tu m’as donnée, je la leur ai donnée. Effectivement, il leur a donné cette gloire quand il leur a dit : Recevez le Saint-Esprit.

Cette gloire, qu’il possédait de tout temps, avant que le monde fût, le Christ l’a pourtant reçue lorsqu’il a revêtu la nature humaine. Et lorsque cette nature eut été glorifiée par l’Esprit, tout ce qui lui est apparenté a reçu communication de la gloire de l’Esprit, en commençant par les disciples. C’est pour cela que Jésus dit : La gloire que tu m’as donnée, je la leur ai donnée ; qu’ils soient un comme nous sommes un ; moi en eux et toi en moi, pour qu ‘ils soient parfaitement un.

Celui qui, de petit enfant, est parvenu en grandissant à la stature d’homme parfait, qui a rejoint la mesure de l’âge spirituel; celui qui est devenu capable de recevoir la gloire de l’Esprit par sa maîtrise de soi et sa pureté : il est cette colombe parfaite que regarde l’Epoux lorsqu’il dit : Unique est ma colombe, unique ma parfaite.

 

Prière à l’Esprit Saint

Feu de l’Esprit Paraclet,
vie de la vie de toute créature,
Tu es Saint, Toi qui vivifies les formes.
Tu es Saint, Toi qui couvres de baumes
les plaies dangereuses ;
Tu es Saint, Toi qui soignes les blessures purulentes.
Ô souffle de Sainteté, Ô feu de charité,
Ô douce saveur dans le corps
et pluie dans les âmes parfumé de vertus.
Ô très pure source où l’on voit réunir les étrangers
et rechercher les égarés.
Ô armure de la vie,
espérance de l’union de tous les hommes,
asile de beauté, sauve les êtres !
Protège ceux que l’ennemi a emprisonnés
et délivre ceux qui sont enchaînés,
ceux que la Divine Puissance veut sauver.
Ô voie de certitude, qui passes en tout lieu,
sur les cimes et les plaines et les abîmes,
pour rapprocher et réunir tous les êtres !
Pour Toi, les nuages courent, l’air plane,
les pierres se recouvrent d’humidité,
les eaux deviennent des ruisseaux
et la terre secrète la verdoyante sève.
C’est Toi qui guides toujours ceux qui savent
et les combles de joies en leur inspirant Ta Sagessee.
Gloire à Toi, donc, à Toi qui fais retentir les louanges
et rends la vie bienheureuse, à Toi, espérance,
honneur et force, à Toi, qui apportes la lumière.

Sainte Hildegarde de Bingen
1098-1179 - Docteur de l’Eglise

 

 

Tag(s) : #FP au fil des jours

Condividi post

Repost 0